• TEMPERATURE en fonction de l'ALTITUDE

    Cet écran graphique est fourni par le logiciel Sonde Monitor. (Cliquez dans la barre en haut).

    La courbe en bleu représente la variation de la pression atmosphérique, avec la montée (10, 1, 3),

    ensuite vient l'éclatement de l'enveloppe (3) et enfin la descente sous parachute (3, 2, 20).

    Attention, l'échelle est inversée. A l'éclatement (burst) la pression est au minimum (ici 16,2 hPa).

    Certains montages de capteur de pression inverse la tension de sortie. On dira que la sortie est

    normale ou inversée.

    La courbe marron (ou brun) représente les variations de la température de l'air pendant le vol.

    On distingue, trois parties :

    (10, 1)  la montée.

    (1, 2)  une période de fluctuations de température, autour d'une valeur moyenne. On dira que cette température

    ne varie pas, dans certaine publication et parfois même, qu'elle est constante. (ici moyenne autour de -52°C).

    (2, 20) la descente. En principe à la montée et à la descente, les données ne changent pas. Mais en toute rigueur

    la radiosonde s'est déplacée et les valeurs changent constamment, y compris pour un même point.

    Les météorologues ne considèrent que les données à la montée en principe, bien que les radiosondes mesurent

    toutes les valeurs depuis le décollage jusque l'atterrissage.

    Parfois, la radiosonde arrête d'émettre ses données au cours de la descente. Parfois les enveloppes éclatent

    à des altitudes légèrement au dessus de 12000 mètres car elles sont d'une capacité réduit en volume. 

    La trace rouge/orange est la courbe de l'humidité relative en %. On remarque qu'au dessus d'une certaine valeur

    de l'altitude, ce paramètre Hu %  est nul : l'air est sec.

    TEMPERATURE en fonction de l'ALTITUDE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le graphe ci-dessus est obtenu à partir de quelques points, température en (x) et altitude en (y).

    On remarque tout de suite que la partie de la courbe entre 0 et 10000 mètres est linéaire.

    De 10000 mètres jusqu'à l'altitude d'éclatement (27852 m) on admettra que la température reste

    constante à - 53 °C environ. (fluctuations).

    Il serait intéressant de connaitre l'équation de la droite :  altitude = f ( température ).

    Et son inverse :  température = g ( altitude ).

    Attention, les paramètres changent et la détermination de l'altitude doit se faire à partir de la pression.

    TEMPERATURE en fonction de l'ALTITUDE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A partir des points connus, on établit  l'équation :   température =  -0,007 . altitude +  19,3 

    Z en mètres et  T en ° C.

    On peut retenir que pour une montée de 1000 m, la température diminue de 7 °C.

    L'équation inversée est  :

      TEMPERATURE en fonction de l'ALTITUDE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    altitude  =  -141,65 .  température  +   2768,6

    Remarque :  voir sur les courbes de température, à proximité du sol, celle ci n'est plus conforme

    à l'équation. Sur les graphes ci-dessus elle est plus faible au voisinage du sol !

    Le fichier EXCEL est disponible sur demande ainsi que le fichier du vol du 14 octobre 0Z.

    Source :  GITE - BHAF

    Auteur :  F6AGV


    votre commentaire
  • VITESSE EN FONCTION DE L'ALTITUDE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les équations de ces courbes sont :

    bleu  :   vitesse =  21.538 .  e ^ 0.00007 * altitude     

    rose :   vitesse =   4.9496 .  e ^ 0.00007 * altitude

    jaune : vitesse =   2.6173 .  e ^ 0.00009 * altitude

    Avec l'altitude exprimée en mètres, et la vitesse en m/s

    Remarques : 

    Quand le parachute est absent ou défaillant, la vitesse de chute est grande de l'ordre de -150 m/s.

    La vitesse au final est de l'ordre de -20 m/s si les conditions ne changent pas.

    Les courbes rose et jaune sont voisines. Peu de différence de vitesse finale entre un parachute parfait

    et presque parfait. Les conditions d'ouvertures peuvent changer en cours de descente !

    SOURCE :  GITE-BHAF

    AUTEUR :  F6AGV

    MAIL :   f6agv (AT) free.fr


    votre commentaire
  • Les vitesses de descente avec le parachute sont rapide, moyenne et normale.

    Nous allons comparer les données de trois vols :

    Herstmonceux le 1 octobre 2014 0Z

    Herstmonceux le 2 octobre 2014 0Z

    Herstmonceux le 2 octobre 2014 12Z

    Les graphiques suivent cet ordre.

    1-ALTITUDE et PRESSION ATMOSPHERIQUE :     alt = f ( p )

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le 1 octobre 0Z :   y = -6495,2  ln (x) +  46005  

    Le 2 octobre 0Z :   y = -6580     ln (x) +  46263

    Le 2 octobre 12Z : y = -6614,6  ln (x)  +  46399

    Notation  :   alt =  A . ln ( p ) +  B 

     

    2- VITESSE DE DESCENTE ET ALTITUDE :  

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lire le graphe en partant du point à droite localisé après l'éclatement de l'enveloppe :  27000 m et vitesse nulle.

    Ensuite il y a une chute libre, avec une vitesse au alentour de -160 m/s. La vitesse est comptée comme

    négative pendant la période de descente. Vers 16500 m, la descente se poursuit avec un freinage : ouverture

    du parachute ? Fin de descente rapide vers -20 m/s ! 

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La même courbe mais inversée en comptant les vitesses de descente comme positives.

    Il y avait des données manquantes à  la transmission, aussi les traits rouges complètent le tracé. 

    On va donner l'équation de la partie comprise entre 16500 m et 0 m.

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cette fois, avec la Radiosonde du 2 octobre 2014, la descente est moins rapide que précédemment.

    Après l'éclatement (burst), il y a la chute libre moins rapide mais plus courte en temps. On assiste à

    une ouverture du parachute vers les 25000 mètres de plus en plus complète avec l'augmentation de la densité

    de l'air pendant la descente. Fin de descente à la vitesse d'environ  5 m/s :

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le 2 octobre à 12Z, le parachute a fonctionné parfaitement car dans sa configuration normale.

    Avec les vitesse négatives :

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cette fois, le parachute s'ouvre en fin de chute libre vers -32 m/s. La vitesse se réduit progressivement

    jusqu'au sol avec une valeur de -2,7 m/s, qui sera considérée comme "normale".

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le 1 octobre 0Z  :     y   =   21,538 .   e ^ 7. 10-5 x

    Le 2 octobre 0Z  :     y   =    4,9496.   e ^ 7. 10-5 x 

    Le 2 octobre 12Z :    y   =    2,6173.   e ^ 9. 10-5 x 

     

    Notation  :    vitesse  =  vitesse finale .  e  ^  K . (altitude) 

     

    3- TEMPERATURE DE L'AIR ET ALTITUDE  :

    Le 1 octobre 2014 0Z :

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sur ce graphe, on remarque que la température varie linéairement de 12000 m jusqu'au sol. 

    12000 m  :   -60 °C

    0 m         :   +8  °C 

    Soit environ  5,666  °C  par 1000 mètres.

    De 12000 m à 15000 m on remarque un palier vers - 60°C  et ensuite la température diminue à l'éclatement.

    Attention la courbe doit être lue du point d'éclatement vers le point au sol, car c'est la descente sous parachute.

    A la montée, on aurait sensiblement le même profil mais les mesures de se prennent pas aux mêmes points.

    Mais on constatera un tracé sous forme de W  !

    Le 2 octobre 2014 0Z :

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le 2 octobre 2014 à  12Z  :

    COMPARAISONS ENTRE TROIS DESCENTES EN PARACHUTE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A  suivre,

    SOURCE :  GITE-BHAF 

    AUTEUR :   F6AGV 

    CONTACT :  f6agv (AT) free.fr

     

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires